Que peut faire le salarié après l’abandon de poste ?

Que peut faire un salarié après un abandon de poste ?Après ce qui est apparu dans un premier temps, comme un abandon de poste, le salarié peut justifier son absence et la régulariser, ou reprendre son poste dans l’entreprise suite à la mise en demeure envoyée par son employeur. Il peut aussi ne donner aucun signe de vie. Quelles actions l’employeur va-t-il devoir adopter suite à ce que fera le salarié après l’abandon de poste ? Un licenciement pour abandon de poste, ou autre,  est-il toujours possible si le salarié reprend son poste,  ou s’il justifie son absence ?

Le salarié peut justifier son absence après ce qui ressemblait à un abandon de poste

Si le salarié justifie valablement son absence, il ne pourra évidemment pas être licencié pour une absence, qui ne peut être qualifiée d’abandon de poste.

La justification pourra être, par exemple, un document attestant l’hospitalisation en urgence qui montrera que le salarié n’a pas pu prévenir immédiatement son employeur en raison de son état. Attention cependant, le salarié ayant l’obligation de prévenir l’employeur, il doit absolument prévenir ou faire prévenir son employeur au plus vite, sinon l’employeur pourrait conclure à un abandon de poste.

Si le salarié a valablement justifié son absence à son poste, l’employeur doit acter qu’il n’y a pas eu abandon de poste. Cependant, si le salarié aurait facilement pu prévenir plus tôt son employeur, celui-ci pourra lui reprocher et sanctionner cette négligence.

Le salarié peut revenir à son travail à la suite de la mise en demeure de reprendre son poste

Si l’employeur a mis en demeure le salarié de reprendre son poste et que le salarié revient le reprendre, il ne pourra pas y avoir licenciement pour abandon de poste. Selon le cas, le salarié pourra cependant être sanctionné, voire licencié, pour avoir quitté son poste sans y être autorisé, pour  absence irrégulière et pour tout autre motif adapté, mais pas pour faute grave. En effet, puisque l’employeur a demandé au salarié de reprendre son poste et que le salarié l’a fait, il n’y a donc pas impossibilité de tout maintien du salarié dans l’entreprise, ce qui caractérise la faute grave.

La Cour de cassation a ainsi jugé qu’une absence injustifiée d’un salarié ne caractérisait pas la faute grave lorsque le salarié avait [finalement] repris son poste au terme de son absence comme le lui avait demandé l’employeur, « ce dont il résultait que son comportement n’empêchait pas la poursuite de son contrat de travail » (Cour de cassation, chambre sociale, 29 février 2012,  N° : 10-23183).

En présence d’une telle situation, la lettre de licenciement, si licenciement il y a,  devra donc être adaptée pour tenir compte du fait que le salarié n’est plus en abandon de poste et qu’il ne s’agit pas d’une faute grave. Autrement dit, l’employeur pourra licencier le salarié, mais seulement pour faute sérieuse, en raison de son absence injustifiée passée et des autres reproches pouvant être faits.

Quand le salarié se présente pour reprendre son travail à la suite de la mise en demeure par l’employeur de justifier son absence

Si l’employeur a seulement sommé le salarié de justifier son absence (et non de reprendre son poste) et que le salarié se présente pour reprendre le travail, sans justification acceptable de son abandon de poste, l’employeur pourra mettre à pied le salarié, s’il considère que son maintien dans l’entreprise est impossible. Mais la mise à pied doit être immédiate pour ne pas laisser le salarié reprendre son travail. Selon les circonstances, le licenciement pour faute grave est envisageable.

Certains employeurs notifient par courrier une mise à pied conservatoire, avant même un éventuel retour du salarié. Logiquement, ceci suppose que l’employeur se soit déjà formé son opinion sur l’abandon de poste du salarié et le fait qu’une faute grave peut être invoquée. Par ailleurs, l’employeur doit, dans ce cas, lancer simultanément ou immédiatement après, une convocation du salarié pour un entretien préalable au licenciement.

Quand le salarié ne donne pas signe de vie

Quand le salarié ne justifie pas valablement son absence et ne reprend pas son travail, l’employeur peut procéder à son licenciement pour abandon de poste, le plus généralement pour faute grave, si les délais n’ont pas été excessifs et que les circonstances s’y prêtent. Voir Abandon de poste et faute grave.

Ce site gratuit est financé par la publicité, merci de nous soutenir.

A lire aussi : Procédure suite à abandon de poste

Rejoindre la première page du site licenciement pour abandon de poste

© Abandon de poste – La marque et le contenu du site abandondeposte.fr sont soumis à la protection de la propriété intellectuelle. Le site Abandon de poste est le 1er site complet d’expertise et conseil autour de l’abandon de poste. Article : Que peut faire le salarié après l’abandon de poste ? Les mots clés sont : abandon de poste ; salarié ; employeur ; justifier l’abandon de poste ; reprise du poste ; licenciement pour abandon de poste ; revenir au travail ; que peut faire le salarié ; actions de l’employeur  ; reprise du travail ; mise en demeure par l’employeur ; licenciement pour abandon de poste ; régulariser son absence ; suite de l’abandon de poste; jurisprudence de la Cour de cassation ; inaptitude.

 

Comments

  • Flo dit :

    Bonjour, Je suis en abandon de poste depuis le jeudi 16 Mars, ma responsable n’a pas essayer de me joindre pour prendre de mes nouvelles et a demandé à mes collègues de le faire, je leur ai dit que je ne reviendrai surement pas. Depuis ils ont pris quelqu’un à ma place sur mon poste, et je n’ai aucune nouvelle d’eux pas de lettre de mise en demeure rien ! J’ai reçu mon bulletin de salaire du mois de Mars ou j’apparais en absence injustifié, que puis-je faire ? J’ai bien peur qui laisse traîner, voir qu’il n’engage aucune procédure.

    • admin2412 dit :

      Bonjour,
      Que l’employeur ne fasse rien est probablement le plus gros risque pour le salarié. Vous pouvez retourner dans votre entreprise… Surtout si votre employeur vous a remplacé, il sera embarrassé… Vous pourrez lui proposer de vous licencier au plus vite pour votre absence irrégulière et éventuellement repartir en abandon de poste et si rien ne bouge revenir, ou lui donner d’autres motifs de vous licencier en restant dans l’entreprise. Une discussion avec votre employeur devrait activer votre licenciement.
      Cordialement.

      • Flo dit :

        Bonjour,
        Merci pour votre réponse. Même si j’assume mon acte, je ne pense pas y retourner comme cela. De plus, ce n’est pas la directrice qui peut prendre la décision finale même si je sais très bien que c’est elle qui a demandé à ce que cela dure. La société appartenant à un gros groupe avec plusieurs structures, c’est le RH qui fait les choix à la fin.
        Si après les deux mois rien n’est fait, quel peut être mon recours ?
        Les structures sont fermées pour les vacances et réouvrent lundi 24 avril dois-je les contacter pour voir ce qui est possible ?
        Merci pour votre réponse et pour ce site très intéressant.

        • Flo dit :

          Désolé de re-répondre mais je réfléchis en même temps, si je décide de me mettre en arrêt maintenant, est-ce que cela peut être possible ? Même un mois après sans leur avoir donner un signe de vie ?

        • admin2412 dit :

          Si votre médecin vous met en arrêt de travail, vous pouvez transmettre les volets à votre employeur et à la sécurité sociale, comme si de rien n’était. Mais, vous ne pourrez pas être longuement arrêté sauf à être gravement malade… Si c’était le cas, après une longue maladie, une inaptitude à votre emploi pourrait être envisagée avec le médecin du travail.
          Si vous n’êtes pas gravement malade, un arrêt ne ferait que reporter votre problème, avec peut-être encore moins de chance qu’il se résolve alors dans le sens que vous souhaitez !
          Salutations.

        • admin2412 dit :

          Bonsoir,
          Je comprends bien votre situation, mais l’employeur n’est nullement obligé de vous licencier… Il peut ne rien faire ! C’est pourquoi l’abandon de poste est risqué pour le salarié.
          Le risque que court l’employeur dans cette situation est que le salarié revienne pour reprendre son poste, surtout si l’employeur a remplacé le salarié ayant fait un abandon de poste. C’est pourquoi, revenir ou menacer de revenir est pour le salarié en abandon de poste, une arme qu’il peut utiliser, pour obliger son employeur à réagir.
          Il vous est bien sûr possible de contacter votre employeur. Mais s’il ne veut pas engager de procédure contre vous conduisant à votre licenciement, vous ne pourrez pas l’y obliger (puisqu’il est dans son droit). Le seul moyen que vous avez, est de lui en donner envie !
          Salutations.

  • Paliram dit :

    j’ai commencé dans l’entreprise en juin 1996, puis en 2008, sans recevoir de solde de tout compte de celle-ci , je vais dans une autre entreprise durant un an puis je suis revenu dans le 1ère entreprise. Aujourd’hui pour mon solde de tout compte je dois compter combien d’année d’ancienneté? Remarque sur mes bulletins de paye ma date d’embauche est tjrs 1996.
    Merci pour votre réponse.

    • admin2412 dit :

      Bonjour,
      Si votre contrat de travail n’a pas été rompu en 2008 par une démission, un licenciement, ou une rupture conventionnelle, vous étiez en absence pendant un an. Votre ancienneté remonte donc à 1996. Mais, comme une absence (sauf certains types d’absence) ne compte pas pour l’ancienneté, il faut déduire une année.
      Cordialement.