Indemnité de congés payés et abandon de poste

Indemnité de congés payés et abandon de poste Indemnité de congés payés et abandon de poste.

Quels droits aux indemnités de congés payés pour les salariés licenciés pour abandon de poste et pour ceux qui ne l’ont pas été ? Comment est calculée l’indemnité compensatrice de congés payés ? Rémunération prise en compte, période ouvrant des droits et méthode de calcul de l’indemnité de congés payés. Impact de l’abandon de poste sur l’indemnité de congés payés.

Le droit à l’indemnité de congés payés

La règle générale

Au moment de la rupture du contrat de travail, un salarié n’a généralement pas eu la possibilité de prendre la totalité des congés payés auquel il avait droit. L’indemnité compensatrice de congés payés est donc faite pour qu’il perçoive, à la rupture de son contrat de travail, ce qui lui est due pour les congés dont il n’a pas encore eu le paiement.

Le cas des salariés licenciés pour abandon de poste

Le salarié licencié a droit à l’intégralité de son indemnité compensatrice pour les congés payés dus et non payés. Le fait que pour abandon de poste Peu importe que le licenciement soit pour faute grave, ce qui est généralement le cas, ou non.

Dans quelques professions, les congés sont payés chaque mois au lieu de l’être  au moment des périodes de congés. Par conséquent, les salariés de ces professions n’ont pas à recevoir d’indemnité de congés payés en cas de rupture de leur contrat de travail, lors du solde de tout compte.

Le cas des salariés en abandon de poste non licenciés

A la suite de l’abandon de poste, l’employeur peut prendre tout son temps avant de procéder au licenciement. Il peut aussi ne jamais procéder au licenciement du salarié en abandon de poste (voir les risques de l’abandon de poste). Le salarié peut au final se décider à mettre fin à cette situation inconfortable en démissionnant.

Le salarié en abandon de poste, ne peut pas obtenir l’indemnité compensatrice de congés payés, tant qu’il n’y a pas rupture de son contrat de travail. L’indemnité compensatrice de congés payés n’est en effet versée que dans le cadre du solde de tout compte.

Congés autorisés avant l’abandon de poste

Durant une période de congés autorisés le salarié ne sera pas en situation irrégulière. Il semble donc logique qu’au moment où des congés autorisés surviennent, l’employeur doive verser l’indemnité de congés payés au salarié, pour le nombre de jours de congés prévus.

Solde de congés non pris avant la date limite

Par contre, si un solde de congés n’est pas pris avant la date limite, il devrait être considéré comme perdu.

En effet, pour tous les salariés, le droit à congés non utilisé à la date limite est, en principe, perdu. En général, les congés doivent être soldés le 31 mai, sauf convention contraire.

Comment l’absence irrégulière du salarié ayant abandonné son poste pourrait lui donner un avantage sur les autres salariés !

Comment est calculée l’indemnité compensatrice de congés payés ?

Le montant de l’indemnité compensatrice de congés payés est calculé en appliquant une méthode légale. Et il est basé sur la rémunération brute du salarié.

La rémunération prise en compte

La rémunération sur laquelle est basé le calcul de l’indemnité de congés payés (ICCP) inclut  toutes les sommes versées à titre de salaire, faisant l’objet de cotisations sociales. Ainsi, l’ensemble des éléments de salaire perçus, primes et heures supplémentaires comprises, doit être pris en compte. De plus, les avantages accessoires et prestations en nature dont le salarié bénéficie en dehors des congés sont également intégrés dans la base de calcul de l’ICCP.

Par contre, les remboursements de frais professionnels et primes liées aux conditions de travail ne sont pas pris en compte. De même, les primes annuelles ou bisannuelles, qui ne sont pas impactée par les congés (treizième mois, prime de vacances…) ne sont pas prises dans la rémunération servant au calcul de l’ICCP.

Dans certaines professions, des pourboires constituent contractuellement une part, voire la totalité, de la rémunération. Eh bien, pour ces professions, l’indemnité de congé est calculée sur une rémunération estimée comme en matière de sécurité sociale.

La période ouvrant des droits aux indemnités de congés payés

Sauf règle particulière, la période qui ouvre des droits pour le calcul de l’indemnité compensatrice de congés payés sera pour un solde de tout compte en juillet 2020, d’une part celle du 1er juin 2019 au 31 mai 2020 et d’autre part pour la période de référence en cours depuis le 1er juin 2020. Cependant la période d’absence irrégulière consécutive à l’abandon de poste et le cas échéant une période de mise à pied ne donne aucun droit à congés payés.

Par ailleurs, les congés déjà payés seront bien évidemment déduits du résultat du calcul.

Enfin, il n’y a pas de report d’une année sur l’autre. Par conséquent, s’il reste des congés d’une année antérieure ni pris ni payés, le salarié devra établir qu’il avait demandé à les prendre et que cela lui avait été refusé par l’employeur (si celui-ci le conteste).

La méthode de calcul de l’indemnité

L’indemnité de congés payés est calculée

  • soit en appliquant la règle du dixième de la rémunération brute totale perçue en salaire au cours de la période de référence.
  • soit en appliquant la règle du maintien de salaire. L’ICCP est égale à la rémunération que le salarié aurait perçue s’il avait continué à travailler.

Le mode de calcul finalement retenu est obligatoirement le plus avantageux pour le salarié.

Impact de l’abandon de poste sur l’indemnité de congés payés

La période d’absence irrégulière après l’abandon de poste et éventuellement celle de mise à pied conservatoire ne sont pas rémunérées. De ce fait, elles ne génèrent pas d’indemnité de congés payés, avec la méthode du dixième. Concernant la méthode du maintien de salaire, les jours d’absence irrégulière et ceux de mise à pied conservatoire ne généreront pas de droit en nombre de jours de congés. Donc l’impact de l’abandon  de poste sera à peu près équivalent.

Trouvez toutes les réponses sur les droits des salariés en abandon de poste : Salaire, 13e mois, chômage

Rejoindre la première page du site Abandon de poste

Article rédigé par Pierre LACREUSE, Sciences-Po Paris, licence en droit et DESS Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Ancien Directeur de la Gestion du personnel et des Relations Sociales, DRH, puis chef d’entreprise (PME). Aujourd’hui Editeur juridique et relations humaines sur internet.

Ce site gratuit est financé par la publicité, merci de nous soutenir.

A découvrir aussi : la rupture conventionnelle.

© Abandon de poste – La marque et le contenu du site abandondeposte.fr sont soumis à la protection de la propriété intellectuelle. Le site Abandon de poste est le 1er site complet d’expertise et conseil autour de l’abandon de poste. Article : Indemnité de congés payés et abandon de poste. Les mots clés sont : abandon de poste ; licenciement ; rupture de contrat pour faute grave ; droit à l’indemnité ; ICCP ; règle générale ; cas particuliers des salariés ayant abandonné leur poste ; calcul de l’indemnité compensatrice de congés payés ; impact de l’abandon de poste.

Comments

  • Rege Amelie dit :

    Bonjour je suis actuellement en abandon de poste depuis le 31 aout j’ai reçu un bulletin de salaire de 1021 euros, mais il se trouve que dans cette somme il y a mes congés payés, car du 1er aout au 19 aout j’étais en congés payés. Je suis revenue le 22 aout jusqu’au 30 aout puis je ne suis plus allée travailler. Le 29 septembre je n’ai reçu aucun salaire, j’ai pourtant reçu mon bulletin de salaire mais aucune somme ne m’a été versée en chèque. A ce jour je ne suis toujours pas licenciée, j’ai eu juste un avertissement ! Est-ce que mon employeur est en tort, je peux lui réclamer mon salaire ou pas ? J’ai reçu ce mois-ci mon bulletin de salaire avec un montant égal à zéro, puisque je n’ai pas travaillé en septembre !

    • admin2412 dit :

      Bonjour,
      Pour le mois d’août, votre employeur devait vous payer au titre des congés payés pris du 1er août au 19 août et pour votre travail du 22 août jusqu’au 30 août. D’après ce que vous avez indiqué, il semble que ce soit ce qu’il a fait. Dans ce cas, c’est normal.
      S’il vous reste des droits à congés payés non pris, ce reste devra vous être payé sous forme d’une indemnité compensatrice de congés payés lorsque votre employeur vous licenciera, s’il vous licencie…
      Votre employeur a le droit de ne pas vous licencier, ce qui est la pire des situations pour vous puisque vous n’êtes pas libérée de votre contrat de travail (voir les risques de l’abandon de poste) et ne pouvez pas bénéficier des allocations de chômage. Votre salaire est suspendu pour la raison que vous ne travaillez pas. Votre employeur est dans son droit, car le salaire est la contrepartie du travail (voir salaire après l’abandon de poste).
      Désolé de vous donner ces mauvaises nouvelles. Bien cordialement.

  • Nath. dit :

    Bonjour,
    S’il vous plaît, je suis licenciée […] et j’ai une petite question sur le calcul de la prime de fin d’année […] au prorata des mois passés dans l’entreprise depuis le 1er janvier 2016: est ce que je dois inclure l’indemnité compensatrice des congés payés versée lors du licenciement au montant des salaires bruts…
    Merci

    • admin2412 dit :

      Bonjour,
      Je ne connais pas les éventuels accords et usages d’entreprises vous concernant, mais je serais étonné que l’indemnité compensatrice de congés payés versée à l’occasion du licenciement puisse être prise en compte dans le calcul de votre prime de fin d’année, dont vous avez la chance d’avoir droit au prorata (ce n’est pas toujours le cas).
      Bien cordialement.

  • 1 2 3 9